Delphine Courtois

Femmes fatales, mégères excitées, piliers de comptoir, hommes désabusés, l’univers de Delphine Courtois foisonne de personnages forts en gueule, aux expressions exacerbées. Armée d’une mine de plomb et de pinceaux, elle croque sans complaisance ses contemporains, s’attaque aux détails anodins du quotidien, n’hésite pas à grossir, déformer, étirer le trait. Le résultat n’est pas flatteur mais toujours empreint d’humour, de tendresse et d’une poésie subtile. Jaune nicotine, traits charbonneux, couleurs sépia, si l’originalité et la force d’évocation de son travail servent souvent d’autres (pochettes et livrets des albums d’Agnès Bihl, Padam, Miro, Monkomarok, affiches de pièces de théâtre…), c’est délivrée de toute contrainte, lors d’expositions personnelles que s’épanouit pleinement son travail. Talons aiguilles, bas résilles, cuisses larges, fortes poitrines, vieilles fripes, nœuds papillons, sourires d’enfants, clowns tristes, couples amoureux, couples aigris…

L'atelier Papillon
Novembre